Ecole Sevigné - Parlement de enfants - Caudebec 26 juin 2015

Sur le terrain

Publié le 3 juillet 2015 | MON ACTION LOCALE

26 juin – Caudebec-lès-Elbeuf / Cléon

Visite AN Ecole Sévigné parlement des enfantsLe Parlement des enfants est bien davantage qu’une initiative originale : c’est un rendez-vous essentiel. Voilà deux décennies qu’il s’est inscrit dans notre vie démocratique, à la fois initiation à la citoyenneté pour de nombreux élèves de CM2 de notre pays et contribution de ces élèves au débat public et à l’intérêt général. Dans notre circonscription, cette année, c’est une classe de l’école Sévigné de Caudebec-lès-Elbeuf qui a été retenue pour l’édition 2015.

Le 24 juin, le prix de la 20e édition du Parlement des enfants a été remis au Ministère de l’Education nationale à une proposition, portée par les élèves d’une école de Paris, visant à protéger les enfants des images et vidéos sur internet. Lors de leur visite à l’Assemblée nationale, au début du mois, j’avais accueilli la classe de CM2 de Sévigné et répondu à leurs interrogations sur l’institution, son histoire, son lieu et son rôle. Cette fois-ci, j’ai répondu à l’invitation des élèves en me rendant dans leur classe. Ils ont posé toutes les questions qu’ils souhaitaient sur le travail du député, l’articulation au quotidien de l’agenda parlementaire entre la circonscription et l’Assemblée nationale, mais aussi le parcours et la vie.

Les jeunes Caudebecais ont également évoqué leur contribution au Parlement des enfants : la rédaction d’une proposition de loi pour s’assurer que chaque commune soit effectivement dotée d’un Conseil Municipal des Jeunes, lieu de débat où peuvent se forger de premières expériences de citoyenneté. Pendant plus d’une heure, nous avons échangé avec passion, conjuguant démocratie et pédagogie.

En fin de journée, à l’invitation de la municipalité de Cléon, je me suis rendu à la cérémonie de remise des récompenses aux sportifs. A Traverse ont été mis à l’honneur l’année sportive dans les clubs,Cérémonie des sportfis Cléon 26 juin 2015 les résultats et les performances de leurs adhérents, l’implication des bénévoles, l’engagement citoyen et ses valeurs. C’est Aurélia Mouchet, du judo club de Cléon, qui a été désignée sportive de l’année 2015 par ses pairs des associations cléonnaises. Cette cérémonie avait une saveur particulière puisqu’elle marquait la dernière manifestation publique présidée par Alain Ovide en tant que maire. Après vingt années comme premier magistrat de la commune, Alain, qui restera un élu actif, a souhaité transmettre le témoin. Par son action et son engagement, avec les équipes qui l’ont accompagné au fil des mandatures, il  aura profondément transformé Cléon. Urbanisme, logement, développement économique, équipements, service public communal – les actions ont été nombreuses, souvent audacieuses, toujours ambitieuses, avec le souci constant de l’intérêt général et du bon usage de la ressource publique. Toutefois – et cela fait écho à la soirée de cette fin de mois de juin, le fil -, continu de l’action municipale d’Alain Ovide, constant, cohérent, c’est la priorité à l’éducation, à la jeunesse, à la vie associative – sociale, culturelle, sportive –, l’animation et la vie des quartiers en vue d’un objectif, qui est aussi, d’abord une valeur : l’émancipation de chacune et de chacun.

22 juin – Rouen

Bouygues juin 2015 blogDans la salle de conférences du H²0 à Rouen, j’ai participé à une table-ronde organisée par  Bouygues Grand-Ouest (ex-Quille-construction) consacrée aux enjeux de l’innovation pour le développement des territoires. Pendant une heure trente, avec les autres intervenants – élus locaux, entrepreneurs, économistes –,  nous avons évoqué notre expérience, nécessairement diverse mais complémentaire, au service du développement économique territorial. Marc Giget, Président de l’Institut européen de stratégies créatives, avait préalablement dressé un panorama des perspectives de l’innovation dans les domaines du numérique, des transports, de la santé entre autres, en relevant « l’un des principaux atouts de la Normandie : le fait qu’elle est l’une des régions français les plus connues au monde ». Marc-Antoine Jamet, Maire de Val-de-Reuil et Vice-président de la Région Haute-Normandie, a insisté sur le rôle essentiel de la collectivité régionale en matière d’innovation pour « cadrer, orienter » et « médiatiser l’innovation » – « beaucoup de pépites, a-t-il rappelé, peuvent trouver dans l’accompagnement régional un levier décisif pour la réussite de leur projet ». L’importance du couple région/métropole pour répondre efficacement aux besoins des entrepreneurs a été mise en avant par Yvon Robert, Maire de Rouen et vice-président de la Métropole Rouen-Normandie en charge des Finances et de l’Economie, ainsi que « la nécessité de prendre en compte toutes les dimensions du développement, qu’elles soient économiques, culturelles ou sportives ». Didier Pézier, président de SEINARI, l’agence pour l’innovation en Haute-Normandie, a de son côté souligné « la nécessité pour les acteurs publics de « coller » aux attentes des entrepreneurs qui ont besoin d’informations et de réactivité ». Pour ma part, j’ai mis en avant les « 3 I » – investir, innover, irriguer – qui doivent conduire l’action de la puissance publique – collectivités territoriales et Etat – avec l’ensemble des partenaires publics et privés afin de bâtir un écosystème favorable à l’innovation. J’ai notamment évoqué le moteur R240 de Renault, dont la chaine de fabrication vient d’être inaugurée la semaine dernière à l’usine de Cléon, pour illustrer la pluralité des acteurs – Etat, collectivités territoriales, site de production, équipementiers, fournisseurs, distributeurs, laboratoires de recherche – et leur nécessaire coordination pour mener à bien des projets innovants, créateurs de richesses et d’emplois.

20 juin – Grand-Couronne

C’est avec une grande tristesse que nous avons appris le décès de Michel Lamazouade, le maire de Grand-Couronne. Michel était un homme généreux, engagé, profondément animé par l’intérêt général et le souci de l’humain. Il était un homme de convictions, qu’il mettait au service de son goût du débat et de combats. Il était un militant de l’école de la République, de la laïcité, du monde ouvrier, de la justice sociale. Il avait la passion de sa commune. A son épouse et à ses enfants, à ses amis et à ses proches, aux élus du conseil municipal, à ses camarades communistes, j’adresse mes condoléances et mes pensées.

18 juin – Caudebec-lès-Elbeuf

Ce matin, rassemblés devant le monument aux morts, en présence du maire de la commune Laurent Bonnaterre, et de nombreux élus de la Municipalité ainsi que du Conseil des sages, nous étions nombreux, à l’invitation du Comité du Souvenir du Général de Gaulle/Région d’Elbeuf et de son président Monsieur Jacques Manteau, pour le 75ème anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 et rendreAppel 18 juin - Caudebec 2015 2 hommage au chef de la France libre. Dans le premier tome de ses Mémoires de guerre, « L’appel, 1940-1942 », il écrit : « La première chose à faire était de hisser les couleurs. La radio s’offrait pour cela. Dès l’après-midi du 17 juin, j’exposai mes intentions à M. Winston Churchill. Naufragé de la désolation sur les rivages de l’Angleterre, qu’aurais-je pu faire sans son concours ? Il me le donna tout de suite et mit, pour commencer, la B.B.C. à ma disposition. Nous convînmes que je l’utiliserais lorsque le gouvernement Pétain aurait demandé l’armistice. Or, dans la soirée même, on apprit qu’il l’avait fait. Le lendemain, à 18 heures, je lus au micro le texte que l’on connaît. A mesure que s’envolaient les mots irrévocables, je sentais en moi-même se terminer une vie, celle que j’avais menée dans le cadre d’une France solide et d’une indivisible armée. A quarante-neuf ans, j’entrais dans l’aventure, comme un homme que le destin jetait hors de toutes les séries. »

14 juin 2015 – Sahurs et Freneuse

Freneuse PeintureCe dimanche, parmi les très nombreux événements culturels organisés dans notre circonscription, je me suis rendu dans deux villages où la peinture est à la fois une tradition et une actualité. A Sahurs d’abord, où s’est tenue l’exposition consacrée à « l’Age d’or » sur les bords de Seine. Les peintres salhuciens présentaient leurs œuvres les plus récentes, en plein air, sous un ciel digne des plus belles toiles impressionnistes. Ce fut l’occasion d’échanger avec eux sur leur travail, d’aborder leurs projets et d’évoquer cette terre de peinture : Sahurs est pour l’histoire associée à Franck Innocent ainsi qu’au Sentier au bord de l’eau de Sisley, ce chemin de halage et ces bords de Seine qu’avec d’autres impressionnistes, il affectionnait tant– et dont on trouve, à près de 6 000 kilomètres, au Metropolitan Museum of Art à New York, l’œuvre intitulée Sahurs, Meadows in Morning Sun. Un peu plus tard, dans l’après-midi, à l’invitation de l’association Pennelo, j’ai participé à la remise des prix du Salon des peintres de Freneuse, le village de Bouchor. C’est une manifestation conviviale et originale puisque durant la journée, les peintres prennent place dans les rues de la commune puis, en fin d’après-midi, exposent leurs toiles. Celles-ci peuvent recevoir un prix décerné par un jury et une vente est organisée. Chaque année, le public est plus nombreux.

13 juin 2015 – Grand-Quevilly

Rendez-vous attendu et apprécié de la vie culturelle dans notre métropole, les Bakayades ont innové cette année. Avec, depuis la fin 2014, « les Bakayades en ville », rendez-vous en plusieurs lieux deBakayades 2 la ville, au fil des mois, qui permettent aux habitants de s’initier aux arts, mais aussi d’assister à des spectacles, des ateliers, etc. Ce week-end de juin, le Parc des provinces, avec la Roseraie, a accueilli l’événement culturel et musical des Bakayades. Cette manifestation de plein air, ouverte à tous et gratuite, est l’occasion pour les Quevillais et les non-Quevillais d’apprécier des artistes de tous horizons, à la notoriété internationale, nationale et bien sûr locale. Avec, en point d’orgue, le concert d’Amadou et Mariam. Les Bakayades, moment convivial, de création et de partage, constituent un rendez-vous majeur de la culture pour tous en Normandie. Le public venu en nombre en témoigne : que celles et ceux qui l’ont rendu possible en soient chaleureusement remerciés.

 

12 juin 2015 – Elbeuf

L’exposition « Laissez-vous conter Joseph-Félix Bouchor, peintre » mérite qu’on se rende à la Fabrique des Savoirs. Cet ancien élève de l’école des beaux-arts de Paris, orientaliste et paysagiste, résida Vernissage Bouchor Elbeuflonguement à Freneuse (1886-1901), village du bassin elbeuvien où il réalisa de nombreuses œuvres portées pas son regard de lumière et de mouvement sur la Normandie – la mairie, sur ses murs mêmes, en témoigne. De nombreux prêteurs publics nationaux et collectionneurs particuliers – qu’ils en soient remerciés – ont permis la richesse, la diversité et la qualité de cette exposition constituée d’une cinquantaine de tableaux et de nombreux documents d’archives. Elle se déroule du 13 juin au 15 novembre. Elle vient mettre en lumière un artiste insuffisamment connu du grand public qui immortalisa, notamment, les paysages de la vallée de la Seine normande et de ses boucles au tournant du 20ème siècle. Ses toiles mettent en scène une Normandie traditionnelle, une campagne rêvée, avec ses pêcheurs et ses moissonneurs, où ne trouve cependant pas place la deuxième révolution industrielle, à l’inverse d’un Pissaro qui représente, au même moment, dans les années 1890, la Seine avec ses fumées, son activité portuaire, ses usines. L’exposition à la Fabrique, avec son cadre magnifique, révèle la maîtrise technique, la profonde sensibilité, la luminosité, du regard de Bouchor. Elle constitue un élément fort de la mémoire et du patrimoine de notre territoire.

 

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>