rentrée 2

Rentrée scolaire : de nouvelles étapes de la refondation de l’école

Publié le 1 septembre 2016 | MON ACTION LOCALE, Mon action nationale

La refondation de l’école engagée en 2012 se poursuit. En quatre ans, près de 43 000 emplois ont été créés dans l’éducation nationale et cette année encore, le budget qui lui est consacré sera le premier budget de la nation. Cette priorité politique se traduit par de nombreuses avancées votées à l’Assemblée nationale par la majorité : ce sont des choix de progrès que je souhaite, en cette rentrée des classes, mettre plus particulièrement en avant.

En premier lieu, plusieurs nouvelles positives pour notre circonscription sont à relever. A Saint-Pierre-lès-Elbeuf, alors que l’année dernière la fermeture d’une classe avait été envisagée, toutes les classes seront finalement maintenues. Avec Nadia Mezrar et Frédéric Marche, conseillers départementaux, j’avais soutenu la mobilisation de la municipalité pour éviter cette fermeture. Les écoles Louise Michel à Petit-Couronne et Molière à Elbeuf bénéficieront quant à elles du dispositif « plus de maîtres que de classes ». Des classes ouvrent dans les écoles maternelles Césaire Levillain à Grand-Quevilly et à La Londe, et dans les écoles élémentaires Flaubert à Canteleu, Molière à Elbeuf, Picasso à Grand-Couronne, Moulin à Grand-Quevilly, Flaubert à Maromme et Malraux à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Si des fermetures ou l’absence d’ouvertures de classes ont pu, du fait de la démographie, être décidées, le bilan global demeure positif sur l’ensemble de la circonscription, qu’il s’agisse des moyens ou des autres outils pédagogiques.

La réforme du collège, annoncée l’année dernière, va se déployer. Sont concernés les établissements de Canteleu, Caudebec-lès-Elbeuf, Cléon, Elbeuf, Grand-Couronne, Grand-Quevilly, Maromme, Petit-Couronne, Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Plusieurs innovations la concrétisent, portées par un double attachement à l’égalité des chances et à l’excellence. Un accompagnement personnalisé (3 heures par semaine en 6ème, 1 à 2 heures par semaine de la 5ème à la 3ème) sera mis en place afin de mieux prendre en compte la singularité de chaque élève. Au travers de réalisations concrètes, des enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) permettront aux élèves, à partir de la 5ème, d’aborder 8 thèmes, dont la transition écologique et le développement durable. Par exemple, selon leur classe, les élèves pourront élaborer une exposition sur le numérique ou encore fabriquer une anthologie poétique. Toutes les études internationales plaident pour le développement de cette approche interdisciplinaire, qui complète l’apprentissage des savoirs fondamentaux. Le travail en petits groupes (3 à 5 élèves) sera soutenu pour renforcer la capacité d’« apprendre à apprendre » et d’expression à l’oral. La deuxième langue vivante sera avancée en 5ème au lieu de la 4ème, avec 25 % de temps d’enseignement supplémentaire : en complément des cours de langues vivantes 1 et 2, la pratique des langues vivantes sera associée à d’autres disciplines afin d’élargir les occasions de communiquer. Est également mise en place une nouvelle grille horaire pour une meilleure répartition les enseignements sur les quatre années du collège. De la 6ème à la 3ème, il y aura ainsi 26 heures d’enseignements obligatoires.

Autre élément fort de cette rentrée : la mise en œuvre de nouveaux programmes, de l’école maternelle au collège. Ils sont conçus par cycle de trois ans pour assurer une meilleure progressivité des apprentissages, notamment aux moments clés d’une scolarité, comme le passage de l’école primaire à la 6ème. Le CP, le CE1 et le CE2 seront consacrés aux apprentissages fondamentaux ; le CM1, le CM2 et la 6e à leur consolidation ; la 5e, la 4e et la 3e à leur approfondissement. Les horaires de français sont renforcés (au-delà des 10 heures de français hebdomadaires, 10 heures seront consacrées à des activités quotidiennes d’oral, de lecture et d’écriture). Les nouveaux programmes prévoient également, de façon quotidienne, des travaux d’écriture, des activités de lecture et des exercices de calcul mental.

Quand je dresse un bilan à ce stade de l’action éducative de la gauche depuis 2012, je suis fier du travail accompli. Beaucoup a été fait quand, avant, beaucoup avait été défait. Nous avons entrepris des réformes parmi les plus profondes, les plus cohérentes depuis des décennies pour l’école de la République. De la maternelle jusqu’au supérieur, tous les temps scolaires ont été concernés ou le seront bientôt – le Président de la République, en déplacement dans une école d’Orléans ce matin, a précisé que « le lycée [serait] la prochaine étape de nos réformes ». Des chantiers importants ont également été engagés, tel celui, décisif, du numérique. Avec, toujours à l’esprit, cette conviction qu’une école forte et juste est le socle fondamental de la République.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>