Rapport : Refaire de la France une grande nation industrielle, proposer aux Européens un modèle de production social-écologique

Publié le 10 février 2010 | MON ACTION AU PS, Rapports

politique-industrielle-bachelay-rapport-parti-socialisteIntroduction : la puissance publique à l’heure de la mutation technologique et écologique de l’appareil productif En Europe et en France, l’industrie souffre d’une crise profonde : destructions d’emplois massives, recul des exportations, baisse continue de sa part dans la valeur ajoutée.

Les politiques menées depuis 2002, loin d’inverser la tendance, l’ont aggravée, faute d’une vision stratégique du rôle et de la place de l’industrie dans l’économie. Alors que la période des Trente glorieuses a été marquée par une politique industrielle volontariste, le libéralisme dominant a conduit par la suite à une large ouverture des marchés. Le mirage de la « nouvelle économie », la perspective prônée par certains dirigeants de multinationales « d’usines sans ouvriers » à partir des années 2000, la logique du « tout délocalisable » au moindre coût et de l’hyperfinance, ont fait disparaître l’industrie des préoccupations de nombreux «leaders d’opinion » et, plus grave, des projets de plusieurs gouvernements.

Le résultat est aujourd’hui tristement visible : l’industrie française et européenne est confrontée à de très graves difficultés structurelles et conjoncturelles. Conjugué à une politique des gouvernements de droite incohérente et mal ciblée, le quasi-monopole du capitalisme financier mondialisé a conduit à une crise industrielle profonde : « l’industrie financière » a chassé l’industrie, comme la mauvaise monnaie chasse la bonne. Les marchés se sont avérés incapables d’assurer le développement de l’industrie. L’obsession de la rentabilité maximale à court terme, les déséquilibres croissants de la répartition de la valeur ajoutée entre le capital et le travail, le renoncement de l’État à orienter le système productif et limiter l’ouverture des marchés sans aucune exigence sociale et écologique ont produit des effets désastreux non seulement pour l’industrie et les salariés, mais aussi pour les territoires et l’environnement. En outre, la désindustrialisation a provoqué l’éclatement du onde ouvrier et des protections qui accompagnaient les emplois industriels (CDI, conventions collectives, taux de syndicalisation plus élevés).

Lire la suite en téléchargeant le document en entier : un clic ICI.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>