challenges 4

Pourquoi il faut une vision claire et forte pour l’industrie française

Publié le 29 août 2017 | Mon action nationale

Retrouvez ma tribune parue sur le site de Challenges :

Il y a un mois, le Gouvernement annonçait la nationalisation transitoire des chantiers navals de Saint-Nazaire. A cette occasion, l’industrie s’est trouvée au cœur du débat public après une période électorale dont elle fut hélas absente. Au-delà de cette décision nécessaire pour STX France, il faut une vision globale, claire et forte pour l’industrie française.

On ne dira jamais assez les dégâts causés par l’idéologie post-industrielle qui irrigua la pensée économique de la fin des années 1970 à la crise de 2008, aux Etats-Unis et en Europe, à l’exception constante de l’Allemagne.

Le quinquennat précédent, c’est l’un de ses apports, avait fait du défi productif une urgence. L’industrie représente dans notre pays 80 % de la recherche privée et les trois-quarts des exportations. Sans elle, pas de création durable d’emploi ni de ressources pérennes pour la protection sociale, pas d’aménagement des territoires ni de réelle pesée dans le concert des nations. Sans oublier l’enjeu démocratique : là où l’industrie décroît, l’extrême droite et l’abstention progressent.

Sous l’effet du Pacte de responsabilité, du CICE, du crédit d’impôt recherche sanctuarisé, de la banque publique d’investissement (bpifrance), des plans de la Nouvelle France industrielle, des investissements d’avenir accrus, et d’une conjoncture plus favorable, aujourd’hui des résultats sont là : les marges des entreprises sont regonflées et l’investissement redémarre. Selon l’INSEE, les dépenses d’investissement des industriels pourraient croître de 7 % cette année.

La politique industrielle doit rester une priorité. La concurrence mondiale est féroce. L’économie de l’immatériel percute l’organisation de la production et du travail. Produire bas carbone est d’intérêt humain. Aux réalités globales s’ajoutent des données hexagonales : trop peu d’entreprises exportatrices et de brevets déposés.

L’investissement, clé de voûte de la réindustrialisation, doit être diversifié, notamment en direction des PME pour diffuser la culture numérique en leur sein, mais aussi déconcentré afin de ne pas se limiter à une partie des entreprises, des activités ou des territoires. Il doit être matériel – machines, logiciels, services – et humain – pour renforcer la formation professionnelle initiale et continue, anticiper et accompagner les transitions professionnelles grâce à des sécurités nouvelles pour les salariés. Leurs qualifications et leurs savoir-faire sont la première richesse d’une entreprise. Tel devrait être le sens d’une véritable réflexion sur le travail à l’heure de la mondialisation déloyale et de la révolution digitale. C’était la raison d’être du Compte personnel d’activité mis en place en janvier dernier.

En matière d’investissement, toute la chaine de valeur est à irriguer – le soutien aux sous-traitants est décisif –, comme toutes les infrastructures : réseau ferré, très haut débit, équipements portuaires. Côté financement, la priorité aux PME pour qu’elles investissent, innovent, exportent, embauchent, est à conforter. A cet égard, prolonger la mesure de suramortissement mise en place en 2015 et qui a fait ses preuves, serait plus utile aux PME et aux ETI industrielles pour se moderniser que le démantèlement programmé de l’impôt sur la fortune.

Dans la mondialisation, c’est la montée en gamme qui fera la différence, la performance et l’indépendance, qui évitera au « fabriqué en France » d’être exposé à la concurrence par les prix. La qualité de l’offre industrielle française passe par l’innovation pour consolider, par une stratégie où Etat, Régions et intercommunalités sont partenaires, les filières du futur –objets intelligents, ville durable, transports autonomes, efficacité énergétique, alimentation saine et sûre, santé, économie des données, etc. –, développer les services clients et faire primer l’excellence écologique.

Economie circulaire qui ancre l’activité dans les territoires, recyclage des matériaux, stockage de l’énergie : la compétitivité industrielle et la transition écologique sont indissociables. Le Plan Climat du gouvernement a confirmé les engagements pris par la précédente majorité et lors de la COP21. Pour se concrétiser, il exige que tous les acteurs – entreprises, filières, branches professionnelles, collectivités territoriales, réseau consulaire, partenaires sociaux, Etat – soient mobilisés autour d’une politique industrielle bas carbone avec un agenda partagé, des objectifs précis, des moyens identifiés, des résultats évalués et publics.

L’innovation doit aussi être sociale. Renforcer, comme la gauche l’a fait, la présence des salariés dans les conseils d’administration ou de surveillance est essentiel pour définir et mettre en œuvre la meilleure stratégie économique – et non court-termiste et financière – pour l’entreprise, ses savoir-faire, ses équipes. 

Encore faut-il, pour une telle stratégie d’ensemble, que les politiques de l’Union européenne servent l’industrie durable. Le plan d’investissements dit Juncker, voulu par la France dès 2012, est une évolution positive. Il en faudra au moins deux autres. D’une part, réduire le rôle juridique de la Commission en matière de concurrence car elle empêche la constitution de champions européens – comme dans le domaine stratégique de l’intelligence artificielle. D’autre part, muscler la politique commerciale de l’Union pour qu’elle défende ses valeurs, ses intérêts, ses normes sociales et environnementales dans le libre-échange. Le réveil de l’Union européenne face au dumping chinois sur le marché de l’acier ou au protectionnisme de Trump est bienvenu, mais il est tardif et encore timide.

Décidément, beaucoup du futur du pays et du continent se joue dans l’ambition pour l’industrie.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>