Mon Action au PS

Publié le 10 décembre 2010 | MON ACTION AU PS, Secrétaire National

martine-aubry-guillaume-bachelayDepuis décembre 2008, je suis secrétaire national chargé de l’industrie, des entreprises et des nouvelles technologies. C’est une mission qui est en cohérence avec mes responsabilités en Haute-Normandie, à la fois vice-président de la Région à l’Economie et aux Energies et maire-adjoint de Cléon, terre de l’industrie automobile.

Lorsque Martine Aubry a composé son équipe, au lendemain du Congrès de Reims, elle m’a confié une mission : bâtir une véritable politique industrielle dans la perspective de 2012. La première secrétaire savait ma passion pour l’industrie. Mes grands-pères travaillaient en usine, l’un dans la chimie, l’autre dans la production de piles et batteries. Mon père était un ouvrier qui, à 35 ans, avait créé une PME dans le secteur de la plasturgie. Comme enfant et élu de Cléon, je sais le rôle irremplaçable de l’outil industriel pour l’emploi et pour les savoir-faire qui font la « marque France » : l’une des plus grandes, l’une des plus belles usines Renault occupe un tiers de la superficie de la commune où je suis élu. Pour moi, le combat pour l’industrie est un enjeu économique et technologique, mais c’est aussi une bataille culturelle et affective. Des gens qui produisent, qui innovent, qui se forment, qui vont conquérir des marchés, c’est le monde dans lequel j’ai grandi.

martine-aubry-guillaume-bachelay-industrieC’est pourquoi la désindustrialisation qui frappe la France depuis trente ans – et qui s’est dramatiquement accélérée ces dix dernières années – suscite chez moi autant de colère et que de volonté. Depuis 1980, dans notre pays, deux millions d’emplois industriels ont disparu, dont près d’un million depuis 2002. Depuis 2008, un demi-million d’emplois industriels ont été rayés de la carte, avec un lourd tribut pour les territoires du Nord-Est, des deux Normandie, du Centre, des Pays de la Loire. Les raisons sont connues : les avancées de la technologie qui ont dématérialisé nombre de tâches ; l’émergence des émergents et le la localisation d’une partie des productions vers les pays à bas coût ; le développement des services dans les pays industrialisés.

Reste que l’industrie est irremplaçable pour une économie qui ne veut pas sortir des radars de la mondialisation et pour une société qui ne veut pas faire exploser son pacte social. En effet, les métiers et les produits de l’industrie génèrent de l’emploi, de l’innovation – pas seulement technologique –, des gains liés aux exportations ou à l’arrivée d’investissements étrangers. Parce que je ne supporte pas l’idée qu’en 2040, la France ressemble à cette nation-musée que décrit Houellebecq dans La Carte et le Territoire, un pays où Chinois, Américains et Russes viendraient dépenser leurs devises dans nos chambres d’hôtes mais d’où seraient parties usines, laboratoires de recherche et bureaux d’études, je me bats pour que l’industrie et plus largement la production soient au coeur du projet socialiste pour 2012.

C’est le sens des propositions que nous formulons, forgées avec de nombreux chefs d’entreprises, syndicalistes, experts, hauts fonctionnaires, élus locaux, et qui s’articulent autour de la mise en œuvre d’un pôle public d’investissement industriel (2P2I). Sa particularité ? Elle est double : massivement abondé au plan financier par le regroupement des multiples outils existants (Caisse des Dépôts et Consignations, Fonds Stratégique d’Investissement, Oséo, la Banque postale, les fonds régionaux de capital-risque, les pôles de compétitivité, etc.), le 2P2I déclinera la stratégie nationale pour l’industrie, l’innovation, la recherche, la diversification et l’efficacité énergétique, la formation tout au long de la vie, sous forme de fonds régionaux, au plus près du tissu économique et de ses acteurs.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>