Le résultat des politiques fiscales de la droite : les grands groupes paient beaucoup moins d’impôt que les PME

politique-fiscale-taxation-pme-grands-groupes-financiers1Paris, le 6 juillet

Le résultat des politiques fiscales de la droite : les grands groupes paient beaucoup moins d’impôt que les PME
 
Le rapport d’information présenté aujourd’hui à l’Assemblée nationale sur l’application des mesures fiscales montre clairement que les grands groupes paient en proportion beaucoup moins d’impôt sur les sociétés que les PME. C’est le résultat inadmissible des politiques fiscales menées par la droite depuis dix ans et plus encore depuis 2007.

Alors que ces vingt dernières années, sur un total de 2,8 millions d’emplois créés, 2,3 millions l’ont été par les PME, l’écart de taux d’imposition entre PME et grands groupes ne cesse de s’accroître : 27% pour les PME, 8% pour les grands groupes et même de 0% pour certains. C’est injustifiable et inadmissible. 

Les grands groupes profitent pleinement des niches fiscales sur l’IS et plus particulièrement de dispositifs tels que la déductibilité des charges financières du résultat imposable, la possibilité d’imputer les déficits sur les impôts déjà versés ou à venir, le régime du bénéfice mondial consolidé, qui profite surtout à deux grands groupes et coûte 500 millions d’euros, et le crédit impôt recherche.

Non seulement ces niches fiscales sont très coûteuses financièrement mais en plus, elles sont inefficaces économiquement. La fiscalité doit enfin être mise au service de l’investissement, de l’innovation et de l’emploi. C’est pour cela que dans son projet pour 2012, le Parti socialiste propose de limiter les niches fiscales improductives et de mieux cibler les incitations. Pour rester un atout pour la compétitivité française, le crédit impôt recherche doit être intégralement ciblé vers la production et la création, et non devenir un outil d’optimisation fiscale pour certains grands groupes.

Nous le recentrerons sur les dépenses de R&D des PME de moins de 2000 salariés et les entreprises industrielles stratégiques et de souveraineté. De même, pour encourager l’investissement, nous modulerons l’impôt sur les sociétés en fonction du réinvestissement des bénéfices dans l’outil productif.

About The Author

2 Responses to Le résultat des politiques fiscales de la droite : les grands groupes paient beaucoup moins d’impôt que les PME

  1. Momboisse says:

    Oui le constat est vrai, mais la raison invoquée (« les niches fiscales de la droite ») n’est pas si simple, car il manque à ce post un mot: Europe. C’est l’UE qui a organisé un dumping fiscal entre les Etats, Et la France doit en tenir compte. Il faut travailler sur la notion d’établissement virtuel, pour taxer en France des sociétés établies fiscalement hors de France, ayant une activité « réelle » en France (typiquement amazon ou google).
    On va y travailler au CNN.

  2. de Pontcharra says:

    exemple de niche fiscale inadmissible en france: les résidences secondaires d’un certain nombre de français qui ne se servent de leurs résidences secondaires que 2 ou 3 mois par an, le reste du temps c’est fermé et totalement inutile, alors que tant de gens ne trouvent pas même un toit pour s’abriter. En temps de crise il faut avoir le courage de prendre des mesures strictes et parfois impopulaires. Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>