ségolèneroyalmai2015

La France aux avant-postes de la transition énergétique

Publié le 26 mai 2015 | Mon action nationale

Avec l’adoption définitive par l’Assemblée nationale du projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte, la France se dote d’une législation à l’avant-garde dans le monde pour relever ce défi capital, ce défi vital. Le calendrier de la transformation de notre modèle de production et de consommation est désormais acté : réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre en 2030 et division par quatre en 2050 ; réduction de 50 % de notre consommation énergétique finale d’ici 2050 ; diminution de la consommation d’énergies fossiles de 30% à l’horizon 2030 ; part des énergies renouvelables dans notre consommation énergétique portée à 32% en 2030 et du nucléaire dans la production d’électricité ramenée à 50% à l’horizon 2025.

Ségolène Royal, Ministre de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, l’a rappelé à l’issue du vote dans l’hémicycle : « c’est une loi globale et une loi d’action pour la croissance verte ». Lors de l’examen en première lecture, j’avais eu l’occasion sur ce blog d’évoquer ses enjeux et ses avancées. Outre un soutien fort aux secteurs qui permettront un nouveau modèle énergétique (isolation thermique avec l’objectif de 500 000 logements rénovés, éco-mobilité, économie circulaire, énergies renouvelables, chèque énergie en direction des ménages, etc.), le texte a également, durant la seconde lecture, intégré plusieurs mesures de progrès, qu’il s’agisse de renforcer la prise de conscience, par les entreprises, des enjeux environnementaux liés à leurs activités ou pour mieux lutter contre le gaspillage alimentaire. Au final, comme l’a dit mon collègue Christophe Bouillon, responsable du groupe SRC pour ce texte, celui-ci est « un catalyseur et un accélérateur ». Producteurs, distributeurs, consommateurs, chercheurs et ingénieurs, particuliers, entreprises – grandes et petites –, collectivités territoriales, tous les acteurs sont mobilisés dans ce combat d’intérêt général.

Dans l’attente de la Conférence sur le climat (COP21) de décembre prochain qui réunira à Paris 195 pays et 40 000 participants – il s’agira du plus grand rendez-vous international organisé en France –, le texte adopté aujourd’hui constitue une étape majeure pour la naissance d’un nouveau modèle énergétique français et je suis fier, par mon vote, d’y avoir contribué.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>