Cahiers de la Présidentielle photo parti (2)

« Entreprendre, travailler, s’accomplir » : présentation du premier Cahier de la présidentielle du PS

Publié le 26 avril 2016 | MON ACTION AU PS

Cahiers Présidentielles 1Ce matin, le Parti socialiste a présenté le premier volet des Cahiers de la Présidentielle dont l’élaboration va rythmer l’année. C’est une démarche inédite, innovante, qui consiste, dans une approche participative à donner du sens plutôt qu’à rédiger une somme programmatique : le sens du monde et du moment, le sens de l’action engagée pour la France et les Français depuis quatre ans, le sens de celle que nous voulons réaliser dans le futur, lors de la prochaine mandature mais aussi à l’horizon d’une génération car le Parti socialiste est porteur d’un projet de société. J’en coordonne l’élaboration dans le cadre de la feuille de route conçue par Jean-Christophe Cambadélis.

Ce premier Cahier est intitulé : Pour une économie de la qualité : travailler, entreprendre, s’accomplir. Il ponctue deux mois de travail collectif à partir des réflexions du comité national de pilotage, des auditions auxquelles il a procédé et des contributions, individuelles et collectives, que nous avons reçues des militant-e-s, des sections et des fédérations, de sympathisants, de citoyens. Gabrielle Siry, secrétaire nationale à l’économie, et Fabien Verdier, secrétaire national chargé du pôle « production et répartition des richesses », avec Pascale Gérard, secrétaire nationale au travail, à l’emploi et à la formation professionnelle, et Jean Grosset, conseiller auprès du Premier secrétaire chargé du social, ont œuvré à la rédaction de ce texte qu’ensemble nous avons rendu public aujourd’hui.

Donner sens au monde, complexe, connecté, chaotique, à tant d’égard confus, c’est, pour les enjeux que ce premier Cahier aborde, saisir la révolution industrielle,Cahiers JCC technologique et écologique à l’œuvre et qui va s’amplifier dans les années à venir. La nouvelle croissance qui en sera issue combinera le numérique, les énergies renouvelables, les bio- et les nanotechnologies. Nos modes d’organisation, de production, de déplacement, vont s’en trouver à de nombreux égards modifiés, vont se transformer. Notre action et notre horizon, à nous socialistes, à nous progressistes, est de faire de la France la nation leader, le pays moteur de cette économie nouvelle, non d’en subir les effets, mais d’en définir l’orientation, d’en mettre à profit les opportunités, d’en maîtriser les conséquences.

La France a tous les atouts pour s’affirmer dans cette nouvelle économie et elle dispose d’un point d’appui pour s’y projeter : la compétitivité retrouvée de l’économie française. Depuis 2012, nous avons mis fin au décrochage productif en général et industriel en particulier qui menaçait la France, son tissu économique, le financement pérenne de sa protection sociale et sa souveraineté, sa place dans la mondialisation. A l’automne 2012, le rapport remis par Louis Gallois avait montré que la cote d’alerte était atteinte et qu’il fallait agir, réagir, pour repartir et répartir. La reconquête de la compétitivité dans toutes ses dimensions, était une cause d’intérêt national. Nous l’avons relevée avec résolution. Grâce aux efforts des Français et aux choix que nous avons faits, nos entreprises retrouvent désormais des capacités pour, de nouveau, investir, innover, exporter et embaucher.

Sur ce socle du redressement, nous définissons les trois dimensions d’une économie de la qualité.

Le défi est de conforter les investissements durables aux deux sens du mot : investissements dans la transition écologique, énergétique, numérique, dans le soutien aux PME et aux ETI, dans l’encouragement au « produire en France », dans la qualité des relations sociales ; investissements et financement qui privilégient le temps long en direction de l’économie réelle. Nous formulons des directions d’action et des propositions en ce sens.

Le dessein consiste à faire de la France la nation référence de la nouvelle révolution technologique, industrielle, écologique. Avec une place centrale pour la recherche, pour l’industrie du futur, pour la formation, pour l’enseignement professionnel et de la voie technologique, pour la sécurisation des parcours professionnels et les garanties de protections pour les actifs. Nous voulons aussi, dans cette économie du travail et de l’activité, au-delà du constat, engager le débat sur le revenu d’existence.

Enfin, le destin, c’est celui d’une Europe qui s’affirme et qui s’assume comme une puissance solidaire et volontaire dans la mondialisation. Encore faut-il qu’elle s’en donne l’ambition et les moyens. Un prochain Cahier, le troisième, reviendra plus précisément sur les enjeux européens. A ce stade, pour les défis que nous abordons ici, nous affirmons des préconisations d’action pour une politique de la concurrence moins dogmatique, une politique commerciale plus ambitieuse fondée sur le respect du juste échange et la réciprocité, une politique budgétaire qui permet des investissements d’avenir continentaux.

Ainsi, trois options se dessinent : une France Maginot ou d’abaissement promise par l’extrême droite qui propose que le pays se replie, se renferme sur lui-même, sorte de l’euro, de l’Europe, de la mondialisation – au final, la France sortirait des radars de l’Histoire ; une France low cost ou d’alignement prônée par la droite qui considère que le pays doit s’adapter à la mondialisation en renonçant à son modèle social et en démantelant des pans entiers de ce qui constitue les droits sociaux ; et puis il y a la France social-écologique, celle du développement par le juste compromis entre modernisation et protection, celle que nous proposons, nous les socialistes avec toutes celles et tous ceux qui sont attachés à l’idée de progrès.

Dans les mois qui viennent, six autres Cahiers seront élaborés et publiés. J’aurai l’occasion d’y revenir sur ce blog.

Retrouvez ici le document.

 

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>