Questions énergétiques

Publié le 25 janvier 2011 | Communiqués 2011, MON ACTION AU PS

eolien-energieParis, le 25 janvier 2011

Aurélie Filippetti, Secrétaire nationale aux questions énergétiques , Laurence Rossignol, Secrétaire nationale à l’environnement et au développement durable, Guillaume Bachelay, Secrétaire national à l’industrie, aux entreprises et aux nouvelles technologies

Développement de l’éolien off-shore : face au temps perdu et aux objectifs en baisse, se donner les moyens du succès

Que de temps perdu ! A Saint-Nazaire, le président de la République a annoncé un appel d’offres pour cinq parcs d’éolien en mer qui aurait dû être lancé depuis des mois : il faudra attendre 2012 pour la sélection des candidats et 2015 pour le démarrage des premières machines. Le gouvernement n’a pas seulement tergiversé : il a revu ses objectifs à la baisse. L’annonce d’une première phase de 3000 MW se trouve à mi-chemin de l’engagement inscrit dans le Grenelle de l’Environnement.

Il y a pourtant urgence à engager la transition énergétique de la France, donc la substitution graduelle des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, géothermie…) aux énergies fossiles.

Le zonage de l’appel à candidatures est national, mais le succès de l’éolien off-shore sera territorial. Structuration d’une chaîne industrielle d’excellence, de la conception à la maintenance en passant par la production ; inscription des éoliennes dans l’espace naturel et l’économie maritime – et d’abord la pêche ou le trafic des bateaux ; écoute des préoccupations des élus locaux et des citoyens ; formation aux métiers et aux savoir faire : pour relever ces défis, l’engagement des collectivités territoriales est indispensables. Grâce à leur action en matière de formation, de R&D, d’infrastructures portuaires notamment, les Régions à direction socialiste répondront présentes pour accompagner, innover, former, en lien avec l’ensemble des acteurs.

La première condition du succès réside dans la sélection des candidats à l’appel d’offres national. Le Parti socialiste souhaite qu’elle soit assortie d’engagements précis de la part des porteurs de projets, notamment pour mobiliser le tissu économique local et le réseau de PME et laboratoires de recherche situés en France. Parce qu’elles ont structuré des filières d’excellence, les Régions sont là aussi indispensables à la réussite industrielle de l’éolien off-shore. Le gouvernement gagnerait à les associer à l’élaboration des projets. De même, il est impératif que soit défini un cadre juridique stable, la politique de stop and go du gouvernement sur la filière photovoltaïque ayant les conséquences que l’on connaît.

La transition énergétique est un tout et le gouvernement s’est éloigné de cet objectif. Que sont devenus la fiscalité écologique et la contribution climat-énergie, le soutien au photovoltaïque ou au déploiement des véhicules propres ? Surtout, les énergies renouvelables ne se développeront qu’avec un soutien fort au pouvoir d’achat des ménages. Les collectivités locales encouragent les audits thermiques et l’isolation des logements et des bâtiments afin de réduire la facture chauffage des particuliers. Où est l’ambition nationale de réduction de la consommation d’énergies alors que la première énergie économisée est celle qu’on ne consomme pas ? Les promesses ne suffisent plus, il faut agir.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>