Automobile : un plan global, innovant et exigeant

industrie
Le Gouvernement a présenté aujourd’hui son plan pour redresser l’industrie automobile en France. Je me suis rendu a sa présentation, a la mi-janvier et a son invitation, par Arnaud Montebourg, le ministre du redressement productif.



Que peut-on en retenir, par-dela les dispositions techniques et sectorielle ?



Qu’il s’agit d’un plan :



- global : il concerne l’ensemble de la filière, autrement dit les constructeurs (PSA et Renault) et les grands equipementiers de rang 1, mais aussi les PME de la sous-traitance (equipementiers, fournisseurs et distributeurs de rangs 2 et 3).



- innovant : il se concentre sur les véhicules propres, hybrides et électriques, ainsi pour une part qu’aux motorisations thermiques qui émettent le moins de CO2. De même, une filière du recyclage et de l’eco-conception va être soutenue et structurée en France. Les gisements de croissance, de valeur ajoutée technologique et d’emplois sont pour une large part dans ces productions et ces process. Dans ce secteur, notre pays disposent d’un véritable avantage comparatif technologique et humain. Dans tous les territoires, les sites de production existants disposent de la compétence, de l’expertise, des qualifications et infrastructures pour relever ce défi.



- enfin, c’est un plan exigeant : il fixe des contreparties précises et publiques a l’aide de l’Etat. Les constructeurs devront les respecter en direction des entreprises sous-traitantes (respect des delais de paiement, volumes d’activité), des salariés (localisation et pérennisation de l’emploi en France), des consommateurs (pour des prix accessibles afin de permettre l’accès de tous aux voitures propres).



Ce plan, c’est celui qui a manque en 2008-2009, quand l’ancien Gouvernement Sarkozy-Fillon avait prêté deux fois trois milliards d’euros aux deux constructeurs français sans contreparties réelles et transparentes. Que de temps perdu pour l’emploi industriel en France !



Aujourd’hui, le gouvernement de Jean-Marc Ayrault engage enfin le redressement de la filière automobile, en lien avec les Régions et les agglomérations, les branches professionnelles, les partenaires sociaux. En Haute-Normandie, nous serons aux avant-postes de ce redressement que nous avons déjà engagé avec nos moyens majeurs : productifs (usines de Cleon, Sandouville, Dieppe et les autres), notre tissu de sous-traitants dans l’Eure et la Seine-Maritime, les laboratoires de recherche et bureaux d’études sur les nouveaux moteurs et matériaux, les centres de formation et établissements d’enseignement pour former nos jeunes aux métiers de l’automobile.



Des janvier 2009, comme secrétaire national du PS a l’industrie, j’avais présenté dans un plan de soutien des orientations qui sont désormais au coeur de l’action gouvernementale. Aujourd’hui député d’une circonscription ou l’activité automobile est si présente, je suis heureux d’avoir pu, inlassablement, plaider pour refaire de la France une grande nation de l’innovation et de l’emploi automobiles.

 

 

 

 

 

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>