photo2

A l’usine de Cléon, Renault fabrique le nouveau moteur électrique de la Zoé

Publié le 18 juin 2015 | MON ACTION LOCALE

DSC04855Aujourd’hui a eu lieu l’inauguration de l’atelier de fabrication du nouveau moteur électrique de la Zoé dont l’autonomie pourra désormais atteindre 240 kilomètres. Accueillis par le directeur de l’usine, Mendi Ammad, avec plusieurs élus du territoire, nous avons découvert le moteur R240 dans son unité de production, premier moteur 100% électrique français. « C’est un événement important pour l’économie régionale et l’industrie française, une marque supplémentaire de l’excellence du Made in Cléon », ai-je déclaré lors de ma prise de parole. L’usine cléonnaise, qui a vu le jour en 1958, est un fleuron industriel : par l’excellence de ses technologies, la grande compétence des femmes et des hommes qui y travaillent, le positionnement géographique stratégique au cœur de la vallée de la Seine, du grand Nord-Ouest européen et d’une des nouvelles métropoles du pays.DSC04893

En 2014, l’usine, qui compte 3 800 salariés, a produit plus d’un demi-million de moteurs et presque autant de boîtes de vitesses, ce qui a nécessité près de 15 000 tonnes d’aluminium coulées dans la fonderie intégrée.

DSC04890Réunions de travail, visites d’atelier, journées Portes ouvertes, cérémonies des médaillés du travail, j’ai souvent eu l’occasion, depuis 2001 que je suis un élu de notre territoire, de me rendre sur place et de mesurer les atouts de ce joyau industriel. Il y a quelques années, c’était le lancement du moteur thermique R9M. Aujourd’hui, c’est le moteur électrique de la ZO2 dont la production vient compléter la gamme des savoir-faire à Cléon. Le directeur de l’usine a rappelé que le groupe Renault a mobilisé d’importants investissements pour concrétiser ce projet : 50 millions d’euros et 6 000 heures de formation pour les métiers de l’électrique. L’expérience de l’alliance Renault Nissan a également été précieuse.

Le E de « VE » – électrique – s’inscrit aussi dans une stratégie 3E. E comme environnement car le moteur électrique de Zoé et plus largement la stratégie zéro émission (ZE) de Renault contribuent à faire émerger l’une des dimensions majeures de la voiture du futur et de la mobilité durable. On estimeDSC048922 que le développement des véhicules décarbonés devrait générer en France une activité économique de 15 milliards euros à l’horizon 2030 et participer au développement de l’emploi dans la filière automobile – constructeurs, équipementiers, fournisseurs, laboratoires de R&D. La puissance publique, à tous les étages, soutient cette dynamique : en soutenant le projet productif lui-même (la Région a accordé un prêt à taux zéro dans le cadre de l’appel à projets sur les énergies mis en place en 2010), en déployant l’installation d’infrastructures de recharge sur l’ensemble du territoire (programme d’investissements d’avenir, loi sur la transition énergétique, proposition de loi du groupe SRC adoptée par l’Assemblée nationale, plan régional Haute-Normandie, schéma de la Métropole),  en incitant les particuliers à faire l’acquisition d’un véhicule électrique (aide de la collectivité régionale, prime gouvernementale), en encourageant l’électrique pour la constitution/modernisation des flottes DSC04847de l’Etat et des collectivités territoriales. E comme emploi, aussi, car Renault a annoncé le recrutement de 100 collaborateurs en CDI à Cléon. Cette décision est liée au développement de l’électrique, mais elle est aussi le fait de l’activité en croissance de l’usine. Des recrutements vont donc s’opérer cette année aux niveaux CAP, BEP, Bac Pro et Bac+2. Enfin, E comme économie : comme l’a rappelé le président de la Région, Nicolas Mayer-Rossignol : « Nous sommes mobilisés pour l’emploi industriel en Normandie avec l’absolue nécessité de préserver sur notre territoire les savoir-faire ». C’est le sens, ai-je rappelé, du soutien par l’Etat ainsi que par la Région à l’activité industrielle et à la compétitivité des entreprises dans toutes ses dimensions – montée en gamme et innovation, capacitésphoto 1 d’investissement, dialogue social – pour qu’elles puissent conquérir des parts de marchés dans la compétition internationale et qu’elles innovent, forment, embauchent, exportent (65% de la production de l’usine de Renault-Cléon est destinée à l’international). Environnement, emploi, économie, c’est le sens de notre présence collective à Cléon cet après-midi et du soutien à l’activité du site que j’ai manifesté dans mes responsabilités successives et comme député aujourd’hui. Parce qu’il n’y a pas de grand pays sans industrie, pas de grande nation sans production. C’est un enjeu de DSC04884souveraineté, de compétitivité, d’attractivité, pour la croissance durable et pour l’emploi.

About The Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>